L’inscription de Rosia Montana au Patrimoine mondial UNESCO, reportée

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

JPEG - 66 ko

Le Petit Journal | 3 juillet 2018

L’inscription de Rosia Montana au Patrimoine mondial UNESCO, reportée

Par Grégory Rateau

Le Comité du patrimoine mondiale de l’UNESCO a décidé de reporter l’inclusion du site minier de Rosia Montana sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le comité s’était réuni à Manama, Bahrain, et devait discuter ce dimanche 1er juillet de la nomination du site minier roumain pour son inscription sur la liste du Patrimoine mondial, mais les discussions ont été reportées d’une journée.

Cette décision vient suite à la demande du gouvernement roumain de "reporter mais pas de retirer le dossier" tant que le procès entre la Roumanie et la compagnie minière canadienne Gabriel Resources n’est pas réglé, selon George Ivascul, ministre de la culture.

La société minière canadienne Gabriel Resources avait obtenu en 1999, un permis des autorités pour exploiter le site minier de Rosia Montanta, mais, suite à une forte mobilisation populaire en 2013, l’état a décidé de bloquer l’exploitation de la mine. La société canadienne réclame ainsi un dédommagement de 4,4 billions de dollars auprès du Centre International pour le Règlement des Différends relatifs aux Investissements, le CIRDI.

Le ministre de la culture a motivé cette décision en expliquant que le gouvernement "ne pourra pas payer et ne voudra pas payer les 4 billions de dollars des poches des citoyens".

L’ancien ministre de la culture, Vlad Alexandrescu, actuellement sénateur du parti d’opposition USR, qui était présent lors des débats en tant que membre de la Commission UNESCO du Parlement roumain, a qualifié cette action comme "le moment le plus honteux de la Roumanie depuis qu’elle est membre de l’UNESCO". "Tous les autres pays comptaient voter pour l’inclusion, aucun n’avait de raison de contester. Aucun à part la Roumanie. Les intérêts d’une corporation et d’une classe politique vendue depuis 20 ans étaient plus importants que l’intérêt national" a déclaré Alexandrescu.