Promotion et protection de l’investissement : Djibouti adhère au protocole de la Convention CIRDI

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 39.6 kb

La Nation | 15 avril 2019

Promotion et protection de l’investissement : Djibouti adhère au protocole de la Convention CIRDI

Une forte volonté politique existe au sommet de l’Exécutif djiboutien dans la promotion et protection des investissements.

Pour preuve, la République de Djibouti a adhéré au protocole de la Convention CIRDI, relative au règlement des différends sur les investissements entre États et ressortissants d’autres États. Et ce à la faveur d’une cérémonie de signature qui a été organisée vendredi 12 avril dernier en marge des réunions de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international à Washington, aux Etats-Unis d’Amérique.

Les signataires en étaient le ministre de l’Economie et des Finances, chargé de l’Industrie, Ilyas Moussa Dawaleh, pour la République de Djibouti, et la secrétaire générale du CIRDI, Meg Kinnear. Après coup, les deux personnalités ont fait un point de presse conjoint. Au cours de sa brève sortie médiatique au micro de la presse internationale, M. Dawaleh a déclaré que« « l’adhésion au CIRDI fait partie d’une série d’actions entreprises par le gouvernement de Djibouti pour transformer le climat des affaires et des investissements à Djibouti ». Il s’agit, a-t-il ajouté, de créer par ce biais des emplois pour les jeunes et les femmes et stimuler la croissance économique du pays. Aussi, Mme Kinnear a tenu des propos abondant dans ce sens. A l’entendre, avec la signature de la Convention CIRDI, Djibouti a pris l’engagement de créer un environnement propice aux investissements privés qui serviront de catalyseur au renforcement de la croissance, et donc la création d’emplois.

A noter que la Convention CIRDI est entrée en vigueur en 1966. Elle définit le cadre institutionnel et juridique pour le règlement des différends relatifs à des investissements étrangers. Elle a été élaborée pour faciliter les investissements entre les pays. En ce sens, elle met à disposition une instance indépendante et apolitique pour l’arbitrage, la conciliation et la constatation des litiges en matière d’investissement.

Au jour d’aujourd’hui, la Convention a été signée par 163 pays. 154 d’entre eux l’ont ratifiée.

Bref, Djibouti est devenu le 163ème pays à signer la Convention CIRDI. Elle doit faire l’objet d’une ratification avant d’entrer en vigueur sous les cieux djiboutiens.

source: La Nation