Carlyle saisit à son tour le Cirdi pour solder l’affaire Samir

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 105.5 kb

Africa Intelligence | 30 août 2018

Carlyle saisit à son tour le Cirdi pour solder l’affaire Samir

La tumultueuse opération de liquidation du raffineur Samir se complique pour Rabat. Déjà confronté à une procédure devant le tribunal arbitral international Cirdi intenté par l’ex-propriétaire de la société, le groupe Corral de l’homme d’affaires saoudo-éthiopien Mohammed Hussein al-Amoudi, le royaume va devoir gérer une seconde saisine de la même instance, enclenchée le 22 août par Carlyle. Comme l’avait exposé notre lettre-sœur Africa Energy Intelligence (AEI nº794), le géant américain de la gestion d’actifs tente par tous les moyens de recouvrer la créance de 400 millions de dollars qu’il détient sur la Samir, correspondant à des commandes de produits pétroliers jamais livrés. Outre une offre de rachat des actifs de la Samir, déposée conjointement avec Glencore et rapidement écartée par le tribunal du commerce marocain, Carlyle ferraille aussi, devant la justice américaine, avec son assureur, Lloyd’s. Il vise désormais directement le Maroc, qui réclame pour sa part plus d’un milliard d’euros à Corral…

Carlyle est représenté devant le Cirdi par le cabinet new-yorkais Weil, Gotshal & Manges, le même qui l’épaule contre Lloyd’s. Sauf surprise, le Maroc devrait faire appel à l’avocat du Palais, Hicham Naciri (Allen & Overy), déjà chargé de contrer la plainte de Corral.