Suez met la pression sur l’Argentine pour récupérer ses créances

All the versions of this article: [English] [Español] [français]

JPEG - 178.5 kb

Le Figaro | 27 février 2019

Suez met la pression sur l’Argentine pour récupérer ses créances

Suez met la pression sur l’Argentine pour récupérer les 630 millions de dollars de réparation pour la résiliation de contrats par le gouvernement de ce pays, des litiges remontant à plus de 10 ans, et a fait le premier pas vers une possible saisie d’actifs argentins, a indiqué son directeur général ce mercredi.

"Nous avons décidé, tout en continuant évidemment de discuter avec le gouvernement argentin et de manière assez intense, d’enregistrer les dettes (...) auprès de la Cour fédérale des Etats unis, ce qui est le premier pas, pour, si nécessaire, pouvoir saisir des actifs argentins", a affirmé Jean-Louis Chaussade, le prochain PDG de Suez.

Après plusieurs années de procédure, des arbitrages rendus en 2015 par le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi) avaient condamné l’Argentine à verser 630 millions de dollars à Suez et ses partenaires (405 millions pour le contrat d’eau de la ville de Buenos Aires, dont 367 pour Suez, et 225 pour celui de Santa Fé). "Nous sommes un peu déçus que les promesses de résolution sur la première des deux, (Buenos Aires) et ses 405 millions de dollars, traîne, voire ne se réalise pas", a ajouté Jean-Louis Chaussade.

Par ailleurs, le groupe se réserve aussi la possibilité de céder ses créances à des fonds spécialisés si les discussions avec le gouvernement de Buenos Aires échouent, a-t-il précisé. "Je pense qu’il est de l’intérêt du gouvernement argentin et de Suez de trouver rapidement, maintenant, un accord, et c’est ce que j’espère", a conclu le directeur général de Suez.

Le Figaro avec AFP

source: Le Figaro