Droits fonciers

Ces dernières années, les entreprises étrangères se sont de plus en plus appuyées sur les traités d’investissement pour intenter des recours au règlement des différends investisseur-Etat (ISDS en anglais) afin de contester des décisions nationales sur la gestion des terres, telle que les programmes de réformes foncières, la traitement des occupations d’exploitations agricoles ou la résiliation des transactions foncières. Elles ont réclamé de larges sommes en compensation.

Ces liens entre droits fonciers et accords commerciaux pourraient devenir de plus en plus problématiques ces prochaines années, du fait d’une pression croissante sur l’acquisition de terres pour de l’exploitation minière ou énergétique, des investissements agro-industriels, des zones économiques spéciales, de la construction d’infrastructures ou des projets touristiques.

Parmi les cas les plus connus :

• Hussain Sajwani & Damac (EAU) c. Egypte : l’investisseur a acquis une terre sous le régime de Moubarak à un prix présumé très bas. Des tribunaux égyptiens ont annulé la transaction après la chute du régime. Règlement à l’amiable en 2013 – les détails sont restés secrets (TBI EAU – Egypte invoqué).

• Abengoa & Cofides (Espagne) c. Mexique : la ville de Zimapán a fourni une terre à l’investisseur pour la mise en place d’une usine de traitement de déchets toxiques. Les communautés locales ont demandé que cette terre leur soit restituée. Les manifestions qui s’ensuivirent ont forcé le conseil municipal à annuler le permis de construire. En conséquence, les investisseurs ont reçu 30 millions de dollars américains en compensation (TBI Espagne-Mexique invoqué).

• Border Timbers, Border Timbers International and Hangani Development (Suisse) c. Zimbabwe : le différend est provenu d’une réforme foncière, ayant pour but de distribuer plus équitablement la terre entre les fermiers noirs et les Zimbabwéens blancs d’origine européenne qui jouissaient d’un statut économique supérieur. Litige en cours (TBI Suisse - Zimbabwe invoqué).

(novembre 2015)

The Hindu | 28-fév-2017
Even as bilateral investment treaties are strengthened, domestic legislation must be implemented.
OHCHR | 1er-fév-2017
The report provides an analysis of the impacts of international investment agreements on the rights of indigenous peoples.
IIED | 18-jan-2017
Lorenzo Cotula discusses highlights from his latest academic piece, in which he explores whether investment treaties protect ’land grab’ deals, and how these impact the land rights of rural people.
Peru Reports | 3-jui-2016
Gramercy Funds Management has filed a $1.6 billion claim against Peru for its refusal to redeem land bonds from the 1970s agrarian reform.
IISD | 18-mai-2016
In an award issued July 28, 2015 but only published February 2016, a tribunal at the International Centre for Settlement of Investment Disputes (ICSID) ordered Zimbabwe to return farms it seized without compensation in 2005.
The Guardian | 25-avr-2016
Government ordered to pay compensation after Hugo Chávez nationalised British beef company’s landholdings.
Earth Institute | 17-mar-2016
A new report from the Columbia Center on Sustainable Investment explores the dilemmas posed by land investments under international investment treaties and human rights law.
Yes | 6-jan-2016
The TPP makes the rights of companies sacrosanct, and that includes the right to mine. But what about the rights of people who live in the way of proposed mining sites ?
IIED | 18-déc-2015
The vast majority of the land deals from the recent wave of agribusiness investments in low and middle-income countries are protected by at least one investment treaty.
Triple Crisis | 15-oct-2015
TPP, investment agreements, and the governance of land

0 | 10