Droits fonciers

Ces dernières années, les entreprises étrangères se sont de plus en plus appuyées sur les traités d’investissement pour intenter des recours au règlement des différends investisseur-Etat (ISDS en anglais) afin de contester des décisions nationales sur la gestion des terres, telle que les programmes de réformes foncières, la traitement des occupations d’exploitations agricoles ou la résiliation des transactions foncières. Elles ont réclamé de larges sommes en compensation.

Ces liens entre droits fonciers et accords commerciaux pourraient devenir de plus en plus problématiques ces prochaines années, du fait d’une pression croissante sur l’acquisition de terres pour de l’exploitation minière ou énergétique, des investissements agro-industriels, des zones économiques spéciales, de la construction d’infrastructures ou des projets touristiques.

Parmi les cas les plus connus :

• Hussain Sajwani & Damac (EAU) c. Egypte : l’investisseur a acquis une terre sous le régime de Moubarak à un prix présumé très bas. Des tribunaux égyptiens ont annulé la transaction après la chute du régime. Règlement à l’amiable en 2013 – les détails sont restés secrets (TBI EAU – Egypte invoqué).

• Abengoa & Cofides (Espagne) c. Mexique : la ville de Zimapán a fourni une terre à l’investisseur pour la mise en place d’une usine de traitement de déchets toxiques. Les communautés locales ont demandé que cette terre leur soit restituée. Les manifestions qui s’ensuivirent ont forcé le conseil municipal à annuler le permis de construire. En conséquence, les investisseurs ont reçu 30 millions de dollars américains en compensation (TBI Espagne-Mexique invoqué).

• Border Timbers, Border Timbers International and Hangani Development (Suisse) c. Zimbabwe : le différend est provenu d’une réforme foncière, ayant pour but de distribuer plus équitablement la terre entre les fermiers noirs et les Zimbabwéens blancs d’origine européenne qui jouissaient d’un statut économique supérieur. Litige en cours (TBI Suisse - Zimbabwe invoqué).

(novembre 2015)

GRAIN | 2-aoû-2019
El RCEP no sólo cambiará las reglas sobre la exportación e importación de bienes y servicios ; cambiará la forma en que los gobiernos deciden sobre los derechos de tierras y quiénes tienen acceso a ellos.
Mining Watch | 2-mai-2019
We analyzed 38 multi-million dollar claims brought by the mining industry using ISDS and other investment protection laws ; in over half, communities are fighting to protect Indigenous territory, water, and more.
Lex Latin | 6-mar-2019
Los demandantes alegaron que Panamá expropió y no otorgó un trato justo y equitativo a las empresas y a su inversión en el proyecto.
Yellowhead Institute | 26-fév-2019
Exception clauses amount to little more than tokenism, and short-change our full rights to determine trade relationships on our land and oceanic territories.
IIED | 23-fév-2019
Existing arrangements for third parties to participate in investor-state dispute settlement (ISDS) are not designed to protect people whose rights and interests are directly at stake.
Hogan Lovells | 20-fév-2019
Claimants failed to seek an annulment of the 12 October 2018 award, which dismissed the totality of claimants’ claims against the Republic of Panama.
Global Development and Environment Institute | 18-déc-2018
While promising economic growth, large-scale land investment deals have caused increased inequality, widespread displacement of people, and destruction of natural resources.
Pazimbabwe | 28-nov-2018
The ICSID has rejected Zimbabwe’s application to annul an US$195 million award to a German family whose property was expropriated under the controversial land reform programme.
IIED | 8-nov-2018
Many SEZs have been associated with compressions of land, labour and human rights. Investment treaties protect investments against adverse regulatory change, including in SEZs. To date, investors have brought at least 20 arbitrations to challenge diverse aspects of SEZ regimes.
Ámbito | 27-aoû-2018
El grupo chileno impulsa proyecto inmobiliario por U$S 600 millones. El conflicto es por un terreno público en San Isidro que la empresa compró en 1996 por u$s22 millones y que el Estado pretende recuperar sin pagar.

0 | 10 | 20 | 30