Pandémie: Vinci et ADP en profitent en menaçant le Chili

All the versions of this article: [English] [Español] [français]

Mediapart | 21 janvier 2021

Pandémie: Vinci et ADP en profitent en menaçant le Chili

La nouvelle est passée inaperçue. Or, la nouvelle est de taille: Des investisseurs français (ADP et Vinci) menacent le Chili d’une procédure en arbitrage, du fait de pertes financières liées au Covid.

En effet, suite à la pandémie, l’aéroport de Santiago Arturo Merino Benítez n’est plus aussi rentable. ADP possède 45% et Vinci 40% des parts du consortium Nuevo Pudahuel qui gère cet aéroport.

Moins de passagers signifient moins de rentrées d’argent pour les deux opérateurs français. Vinci et ADP ont donc réclamé une aide financière au gouvernement chilien qui, d’après eux, leur a été refusée. Ne pouvant obtenir de l’argent public par le dialogue, ils brandissent maintenant leur plus puissante arme juridique: le règlement des différends État - investisseur (connus sous les acronymes RDIE ou ISDS en anglais). Celui-ci leur permet d’accéder à des tribunaux d’arbitrage d’investissement si juteux...

Les tribunaux d’arbitrage accordent un cadre de justice parallèle privée à des investisseurs étrangers, qui peuvent attaquer un pays lorsqu’une mesure d’un gouvernement a un effet négatif sur le potentiel de son investissement ou l’estimation des ses profits. C’est une justice à un sens où seuls les investisseurs peuvent initier une procédure. Trois arbitres, payés à l’heure, décident du montant que devra payer un État qui a osé légiférer pour le bien-être de ses citoyens, plutôt que pour les bénéfices d’actionnaires étrangers. Le biais est flagrant: si c’est grâce à un investisseur que vous allez devenir arbitre, et donc être grassement rémunéré, c’est dans votre intérêt de le satisfaire.

Ces tribunaux sont contestés car ils ont sommé de nombreux pays de payer des sommes astronomiques suite à la mise en œuvre de politiques d’intérêt général (sortie du nucléaire, protection du littoral, etc.). Les procédures sont si chères pour les États (plusieurs millions d’euros) que rien que la menace d’un arbitrage peut avoir un impact sur une loi, comme ce fut le cas en France pour la loi Hulot.

Ces tribunaux vivent grâce à des accords de libre-échanges, comme le CETA (Canada-Union européenne), ou l’accord d’investissement entre la France et le Chili. C’est grâce à ce dernier qu’ADP et Vinci menacent de porter plainte contre le Chili.

La suite? Un mystère. Le présent est déjà un mystère. La menace d’arbitrage n’est pas publique. Elle va conduire à des négociations entre le gouvernement chilien et les investisseurs français tout aussi opaques. Des négociations qui pourraient déboucher sur un accord financier à l’amiable, impliquant un coût pour les contribuables chiliens... Un tel accord, en général négocié aussi en toute opacité,demeurera tout autant un mystère.

Un triste exemple qui illustre les intérêts financiers qu’ont les multinationales pour les accords de libre-échange, et en particulier les entreprises françaises pour la mise en œuvre du CETA qui n’a toujours pas reçu l’approbation du Sénat, et peut donc encore être stoppé.

source: Mediapart